Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 13:02

Le vendredi 27 janvier 2012, M. Benoît Jeanson, M. Bernard Pélissier et son épouse, ont remis à la Bibliothèque de l’Ecole polytechnique environ 200 lettres de Gabriel Lamé. Ils ont été reçus par Alexandre Moatti, président de la SABIX, Thierry Boucher, conservateur en chef de la Bibliothèque, Irina et Dmitri Gouzévitch, chercheurs à l’EHESS (École des Hautes Études en Sciences Sociales) (à l’origine de ce don), Denys Robert, directeur de cabinet adjoint du Général Xavier Michel, et Olivier Azzola, archiviste au Centre de Ressources Historiques.

08-bcx-crh-272 preview ecran

Gabriel Lamé (X1814) avait fait l’objet en 2009 d’un colloque international qui s’était tenu à Nantes et dont les actes ont été publiés dans le Bulletin n°44 (octobre 2009) de la SABIX. (bulletin à retrouver ici) C’est autour de ce colloque que Dmitri et Irina Gouzévitch ont rencontré les descendants de Gabriel Lamé et qu’ils ont pris connaissance de ces lettres, conservées dans la famille depuis le XIXe siècle.

18-bcx-crh-272_preview_ecran.jpg

 

Benoît Jeanson et Bernard Pélissier font en effet partie d’une grande famille polytechnicienne. Figurent dans leur arbre généalogique Gabriel Lamé (X1814), mais aussi Louis (X1803) et Eugene (X1829) Lefebure de Fourcy, Felix (X1892) et Louis (X1920) Leprince-Ringuet, François Turquet (X1920S), Raoul Pelissier (X1867), Jean Bourel de la Roncière (X1921). A la suggestion de Dmitri et Irina Gouzévitch, ils ont accepté de faire don des lettres à l’Ecole polytechnique, à laquelle Gabriel Lamé était très attaché. Élève (1814-1816), puis professeur de Physique (1832-1844), il a également été examinateur des élèves de 1844 à 1863. Il figure à ce titre sur l’un des premiers albums photographiques conservés à la Bibliothèque.

 

Les lettres de Gabriel Lamé données à la Bibliothèque portent sur la période 1815-1832, elles correspondent à plusieurs périodes et aspects de sa vie : le premier concerne son passage à l’Ecole polytechnique en tant qu’élève. Lamé était de la promotion 1814 et a été licencié en 1816 au moment de la Restauration. Ingénieur du corps des Mines, Gabriel Lamé entre au service de la Russie de 1820 à 1831. Il y devient Colonel du génie des voies de communication et professeur à l’Ecole d’application de ce corps. Il y conçoit de nombreux projets de ponts suspendus, ainsi que la célèbre colonne à Alexandre 1er construite après son départ sur la Place du Palais de Saint-Pétersbourg.

 

La correspondance de Gabriel Lamé est d’un grand intérêt : il s’agit en effet d’une correspondance croisée. Nous disposons à la fois des lettres écrites par lui à ses parents, mais également les réponses de sa famille, notamment pendant sa période russe. De plus, nous trouvons également quelques lettres de Clapeyron et Bazaine. Clapeyron (X1816) avait accompagné Lamé en Russie en 1820 et Bazaine (X1803) a lui aussi participé à la réalisation de voies de communication en Russie au début du XIXe siècle dès 1809.

13-bcx-crh-272 preview ecran

(texte Olivier Azzola, images Jérémy Barande)

Repost 0
Published by Société des Amis de la Bibliothèque de l'X - dans Patrimoine scientifique (sur papier ou internet)
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 16:55

Nous avons eu l'occasion de verser quatre photographies prises hier à Palaiseau dans WikiCommons en cc-by-sa. Il s'agit de deux bustes (collections BCX, Bibliothèques et archives de l'Ecole polytechnique), l'un de Poincaré et l'autre de Fresnel :

  • → buste de Poincaré et détail (sculpture de 1909 par Joseph Cartier, offert par sa veuve à l'École polytechnique en 1916).
  • → buste de Fresnel et détail.
    P1000693.JPG
Repost 0
Published by Société des Amis de la Bibliothèque de l'X - dans Patrimoine scientifique (sur papier ou internet)
commenter cet article
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 12:17

La bibliothèque de l'Ecole polytechnique participe à l’exposition : Sciences et curiosités à la Cour de Versailles, qui se tiendra du 26 octobre 2010 au 27 février 2011 (lien)

Versailles.jpg

 

Machine à faire le vide, ménagerie exotique..., cette exposition retrace le rapport entre Versailles et les sciences à travers les instruments et ouvrages scientifiques des collections des souverains, les outils de recherche et de pédagogie ou encore les innovations et inventions ayant eu le château pour lieu d’application.

 

Trois objets scientifiques anciens ont été prêtés par la bibliothèque de l'Ecole, dont le microscope ci-dessous.

microscope.jpg


Ajoût du samedi 18 décembre

 

(voir quelques photographies de notre visite privée du lundi 13 décembre avec la conservatrice Mme Saule, album) (photos de C. Bozon, administrateur de la SABIX)


Quelques éléments notables au cours de la visite : l'hydraulique de Marly, la découverte de la porcelaine (kaolin), l'horlogerie, les instruments chirurgicaux (opération d'une fistule anale chez Louis XIV), la botanique, la zoologie, le "Jardin du Roy" (actuel Jardin des Plantes ou Museum d'histoire naturelle), les montgolfières, Louis XVI et le voyage ultramarin de La Pérouse, &c.

Aussi des manuscrits : la création de l'Académie des sciences (Colbert 1666), la création des écoles des Ponts (1746) et des Mines (1783),...

Repost 0
Published by Société des Amis de la Bibliothèque de l'X - dans Patrimoine scientifique (sur papier ou internet)
commenter cet article
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 23:25

Retrouvez sur BibNum les différents articles de savants polytechniciens du XIXe siècle, expliqués par des scientifiques actuels (cet article sera mis à jour suivant les publications futures) :

  • 1803 : l'enquête sur la météorite de L'Aigle par Biot (X1794) (lien)
  • 1803 : la notion de couple en statique par Poinsot (X1794) (lien)
  • 1809 : le mélange des gaz en proportion simple des volumes par Gay-Lussac (X1797) (lien)
  • 1810 : l'expérience d'Arago (X1803) sur la vitesse de la lumière (lien)
  • 1815 : la démonstration de l'irrationnalité de e par Janot de Stainville (X1802) (lien)
  • 1815 : premier mémoire sur la diffraction par Fresnel (X1804) (lien)
  • 1822 : la double réfraction de Fresnel (X1804) (lien)
  • 1822 : les lentilles à échelons de Fresnel (X1804) (lien)
  • 1823 : la théorie de l'intégration de Cauchy (X1805) (lien)
  • 1824 : la puissance motrice du feu de Sadi Carnot (X1812) (lien)
  • 1833 : le bruit du tonnerre par Coriolis (X1808) (lien)
  • 1835 : la force de Coriolis et les équations du mouvement relatif par Coriolis (X1808) (lien)
  • 1835 : géométrie des rencontres par Coriolis (X1808) (lien)
  • 1836 : le problème de Sturm-Liouville par Liouville (X1825) (lien)
  • 1840 : les mouvements séculaires des orbites des planètes par Le Verrier (X1831) (lien)
  • 1844 : la découverte des nombres transcendants par Liouville (X1825) (lien)
  • 1846 : la découverte de la planète Neptune par Le Verrier (X1831) (lien)
  • 1873 : la démonstration de la transcendance de e par Hermite (X1843) (lien)
  • 1884 : la loi de Le Chatelier (X1869) (lien)
  • 1886 : lettre de F. Montessus de Ballore (X1871) à Louis Soret (lien)
  • 1896 : la découverte de la radioactivité de l'uranium par Henri Becquerel (X1872) (lien)
  • 1896 : Remarques sur une expérience de M. Birkeland par Henri Poincaré (X1873) (lien)
  • 1908 : les conférences de Henri Poincaré (X1873) sur la T.S.F. (lien)
  • 1908 : interview d'Henri Poincaré (X1873) à l'occasion de son élection à l'Académie française (lien)
  • 1910 : la résolution des systèmes d'équations linéaires par Cholesky (X1895) (lien)
  • 1911 : "Ce que disent les choses" par Henri Poincaré (X1873) (lien)

ainsi que les articles de professeurs célèbres à Polytechnique :

  • 18O3 : Laplace, sur le mouvement d'un corps qui tombe d'une grande hauteur (lien)
  • 1814 : lettre d'Ampère à Berthollet sur la géométrie des molécules (lien)
  • 1824 : la théorie de la chaleur de Fourier appliquée à la température de la Terre (lien)
  • 1874 : histoire de la chimie par Edouard Grimaux (lien)
  • 1921 : Paul Painlevé et la théorie de la relativité (lien)

Repost 0
Published by Société des Amis de la Bibliothèque de l'X - dans Patrimoine scientifique (sur papier ou internet)
commenter cet article
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 11:43
Serge Perrine (X71), ingénieur, chercheur à France-Télécom, nous a fait le plaisir d'offrir à la bibliothèque de l'X un exemplaire du fameux Traité de propriétés projectives des figures, 2° édition 1865 (2 tomes), de Jean-Victor Poncelet (1788-1867, X1807 ; il fut directeur général de l'Ecole de 1848 à 1850). Cet exemplaire a la particularité d'être dédicacé par l'auteur à Joseph Bertrand (1822-1900, X1839), "secrétaire perpétuel de l'académie des sciences". Joseph Bertrand était devenu secrétaire perpétuel en 1874, à la mort d'Elie de Beaumont (1798-1874, X1819). Il sera élu à l'Académie française en 1884.

Repost 0
Published by Société des Amis de la Bibliothèque de l'X - dans Patrimoine scientifique (sur papier ou internet)
commenter cet article
25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 23:13

JJe m'étais dit, en tant que président de l'association, que je prendrais le temps de conter la mésaventure qui nous est arrivée lorsque nous avons voulu  nous porter acquéreurs, pour le compte de la bibliothèque de l'École polytechnique, de manuscrits de Poincaré vendus aux enchères à Drouot le mardi 6 mai dernier. On peut consulter la vente ici (à partir de là, cliquer sur la flèche "lot suivant", en tout 16 lots du lot 285 au lot 300 (tous des manuscrits, sauf le dernier qui est un lot de photographies).

La vente était conduite par l'officine Alde (qui a pignon sur rue aux coins des rues Guynemer et de Fleurus, en face du jardin du Luxembourg) ; elle comprenait de nombreux autres lots, l'ensemble des quinze lots Poincaré était estimé à environ 20 000 euros. Informés de cette vente une semaine avant, nous nous étions rapprochés de l'université de Nancy, qui est spécialiste de la correspondance et des écrits de Poincaré (voir précédent billet) ; il n'était en effet pas question que deux structures publiques ou parapubliques se fassent concurrence aux enchères !


Nous nous étions aussi rapprochés de donateurs, la Fondation de l'X et l'AX (anciens élèves) avaient accepté de promettre ensemble 50 000 euros, l'université de Nancy avait une promesse pour 20 00 euros, et le ministère de la Défense, mobilisé par nos soins (tutelle de l'Ecole polytechnique) avait - miracle - la possibilité de mobiliser 40 000 euros supplémentaires. En tout un budget assez conséquent, théoriquement 110 000 euros (je dis théoriquement car en France on ne peut cumuler l'argent public et l'argent privé sur un même achat...)
Voir les lots préalablement était de tradition et de rigueur, et une certaine discrétion s'imposait... peut-être tous ne l'ont pas assez été, toujours est-il qu'avant l'attribution du lot 285, le premier lot Poincaré, le commissaire-priseur glisse à l'assemblée qu'il se réserve le droit de réunir les lots 285 à 300. Les enchères individuelles sur les lots se passent correctement, nous gagnons les lots jusqu'à hauteur de notre budget de 50 000 euros, puis d'autres acquéreurs obtiennent les lots suivants, sur lesquels le ministère de la Défense fait préemption... .C'était assez compliqué, car encore une fois les associations et le ministère n'avaient pas le même rôle, mais enfin, globalement nous avions à peu près tous les lots, dont certains préemptés, dans notre budget de 110 000 euros.
Au moins le croyait-on, car au moment de la réunion des lots, avec mise à prix à 110 000 euros donc (somme des enchères gagnantes), les enchères se sont envolées, entre deux représentants d'acquéreurs, jusqu'au double à 220 000 euros (voir le
compte-rendu Alde sur le lot 300).

Université américaine ? Société de capital-investissement dans l'art ? Nous glosâmes sans savoir. Maintenant nous philosophons sur la difficulté que l'Etat et les structures parapubliques peuvent avoir pour maintenir à disposition de tous, et des chercheurs notamment, des éléments du patrimoine national. Il faut dire qu'avec des officines qui font miroiter aux particuliers fortunés de fortes plus-values ( citons par exemple Aristophil ), la concurrence est rude.

Si par exemple on ne peut pendre copie des documents en question, ceci signifie que les chercheurs, peut-être pour plusieurs générations, ne pourront avoir accès aux importants manuscrits de Poincaré sur le problème des trois corps, ou que tout ceci sera dispersé rapidement lot par lot, ce qui conduit au même résultat...


Lire aussi l'article de Libération du 4 juin 2008 « Du chiffre et des lettres » sur la spéculation sur le marché des autographes.

Lire aussi La Gazette de l'Hôtel Drouot, compte -rendu de cette vente.

 


Ajoût de mars 2009 : C'est en effet la société Aristophil qui a acheté l'ensemble, puisqu'on peut voir dans le musée dépendant d'elle (Musée des manuscrits, Rue de Nesle à Paris), les deux lettres du lot 287 exposées. Par ailleurs, il s'agit bien d'une société qui achète pour le compte de particuliers investisseurs, qui laissent les manuscrits exposés au musée pendant une certaine durée.


Repost 0
Published by Société des Amis de la Bibliothèque de l'X - dans Patrimoine scientifique (sur papier ou internet)
commenter cet article
12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 21:56
Laurent Schwartz (1915-2002), professeur de mathématiques à l'Ecole, qui a profondément marqué  l'enseignement des mathématiques à l'X, avait cédé à la Bibliothèque l'ensemble de ses archives scientifiques, personnelles et politiques. La Bibliothèque de l'X, avec le soutien financier de la SMF (Société mathématique de France), a inventorié l'ensemble du fonds, et en a numérisé une partie.

Vous pouvez accéder à la liste des documents numérisés via cette URL (logiciel de bibliothèque Aleph) : environ 200 documents numérisés (soit une vingtaine de documents par page, sur 10 pages, cliquer "page suivante"; après les 10 premières pages, les documents sont inventoriés mais non numérisés. Nécessité d'ouvrir les documents avec Acrobat Reader 7.0 a minima.

(page annales.org sur L. Schwartz)
Repost 0
Published by Société des Amis de la Bibliothèque de l'X - dans Patrimoine scientifique (sur papier ou internet)
commenter cet article
1 septembre 2007 6 01 /09 /septembre /2007 23:15

Organisé par les universités Paris VII et Paris X, un colloque est organisé les jeudi 25 et vendredi 26 octobre à propos de Charles Dupin (1784-1873, X1801)(télécharger le programme du colloque)

Dupin sort de l'X comme ingénieur du Génie maritime et développe de nombreuses activités : géomètre (il sera remarqué par Monge), économiste, enseignant aux Arts et Métiers de 1824 à 1854 (il se définira comme le "professeur des ouvriers"), il mène aussi à partir de 1827 une carrière parlementaire, de député puis de sénateur de 1852 à 1870.
 (page Wikipedia sur Dupin)


Extrait du programme du colloque:
L’objet de ce colloque est d’interroger le rôle joué par Charles Dupin dans les savoirs scientifiques, économiques et sociaux du XIX° siècle, du Premier au Second Empire. Sans prétendre à un bilan exhaustif du personnage et de son oeuvre, il s’agit d’inviter à croiser les perspectives d'histoire sociale, d’histoire économique, d'histoire de la pensée économique, d’histoire des sciences et d'histoire politique et d’interroger, par cette ouverture pluri-disciplinaire, les rapports complexes entre les savoirs et la politique au XIX° siècle autour du cas remarquable de Charles Dupin.

B. Belhoste, ancien administrateur de notre association et membre d'honneur, fait partie du comité scientifique du colloque.

Lieux des sessions :
Jeudi 25 octobre : Université Paris 10 – bât. B, salle de conférences, 200 av. de la République, 92001 Nanterre. RER : Nanterre Université.
Vendredi 26 octobre : Université Paris 7-Denis Diderot – UFR GHSS, salle des thèses, 2
e étage – Dalle des Olympiades, Immeuble Montréal, 103 rue de Tolbiac 75013 Paris.

 

 

Repost 0
Published by Société des Amis de la Bibliothèque de l'X - dans Patrimoine scientifique (sur papier ou internet)
commenter cet article
16 juin 2007 6 16 /06 /juin /2007 14:24

Aujourd'hui , 16 juin, c'est le 225° anniversaire de la naissance d'Olry Terquem (X1801), comme nous le rappelle Norbert Verdier, historien des sciences et mathématicien.

Terquem (1782 - 1862) est un polytechnicien original: répétiteur à l'X, homme de réseaux, il participe à la création de l'édition scientifique en France au XIX°s. Collaborant au Journal de mathématiques pures et appliquées de Liouville (X 1825), lui-même cofonde les Nouvelles Annales de mathématiques en 1842.

Du point de vue mathématique, il est connu pour avoir démontré que le cercle d'Euler, outre les six points qu'y avait trouvés le mathématicien suisse (les milieux des côtés et les pieds des hauteurs), contenait trois autres points: les milieux des segments joignant l'orthocentre aux sommets. Ce cercle est depuis appelé cercle d'Euler, cercle de Terquem, ou cercle des 9 points.

 

Repost 0
29 avril 2007 7 29 /04 /avril /2007 12:57

On consultera avec intérêt le site Google Livres (programme Bibliothèques) en faisant une "recherche avancée" sur le terme polytechnique, en cochant la case "page entière des livres" (cette option donne accès à des documents entiers et non des extraits). On peut télécharger intégralement ces documents (assez lourds de 15 à 40 Mo, format PDF)

Résultats de cette recherche (41 documents)

On trouvera notamment, issus des numérisations de Google avec la Stanford Library et la New York Public Library, les ouvrages et cours suivants:

–  le Journal de l'Ecole Polytechnique, années 1809, 1815, 1820, 1823, 1833, 1838, 1841. Dans cette importante revue scientifique, on trouve par exemple dans l'année 1809 le mémoire de Malus (X1794), "Sur la mesure du pouvoir réfringent des corps opaques", où l'on trouve la fameuse loi de l'optique de Malus en cos².

  • – divers cours de mathématiques (Monge 1809, Cauchy 1821, Liouville 1856), de mécanique (Prony 1810 et 1815, Duhamel 1845 et 1854, Stum 1861), de physique (Lamé 1837, Jamin 1863),...

  • –  une Histoire de l'Ecole polytechnique, par Ambroise Fourcy, 1828.

Repost 0
Published by Société des Amis de la Bibliothèque de l'X - dans Patrimoine scientifique (sur papier ou internet)
commenter cet article

Adhérer / Cotiser

                   L'objectif de la SABIX est de
               mettre en valeur le patrimoine    
          scientifique de l’École polytechnique.  
                  La SABIX est ouverte à tous.                 
   
                La cotisation annuelle peut être réglée par
                             Paypal ou carte bancaire :   
                  

                     Adhérent : 40 €  

                Coût net après déduction fiscale : 28 €                             

                   Bienfaiteur : 90 €   

                Coût net après déduction fiscale : 48 €        

Fils RSS du blog